,

De la psychopathie

Selon Andrew M. Lobaczewsk (auteur de Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques), environ 6 % de la population est de nature psychopathique, c’est-à-dire sans « humanité », « sans émotion ou empathie ».

                Martha Stout, auteure de « The sociopath next door », en parle en ces termes :

                Imaginons que 6 enfants sur 100 viennent au monde ainsi : sans conscience émotionnelle, sans capacité de remord, de compassion ou de regret.

                Peu de temps leur sera nécessaire avant de se rendre compte qu’ils sont différents. Ils ne comprendront pas les mécanismes internes de honte, de culpabilité ou de compassion chez les autres faute d’empathie. Cependant, ils comprendront rapidement que s’ils veulent « survivre » dans cet environnement incompréhensible (où ils sont minoritaires), ils se doivent de cacher leur différence, ils se doivent de « jouer le jeu » par imitation afin de ne pas être identifiés comme « différents ».

                Ainsi, en très peu de temps, ils sauront se reconnaître entre eux et se regrouper. Ils sauront duper habilement (avec de fausses réactions émotionnelles) leur entourage.

                Qui plus est, les « fardeaux inutiles » de la majorité (honte, regret, compassion, etc.) deviendront rapidement pour eux un terrain de jeu, une caractéristique « amusante » avec laquelle ils peuvent se jouer astucieusement de nous.

                Avec le temps, ce qui n’était qu’un simple jeu afin d’obtenir certains avantages deviendra un art, littéralement une façon de vivre. Ces êtres deviendront des manipulateurs hors pair, des menteurs chevronnés pour qui les arnaques les plus subtiles n’auront aucun secret. Abus de confiance, duperies, chantage émotionnel, impostures et escroqueries seront pour eux, littéralement, un art de vivre.

                Cette façon d’être ne fera que croître et se raffiner avec les années, au fur et à mesure que leur maturité intellectuelle grandira. Ainsi, il en résultera des êtres dont la position, à l’intérieur de leur classe sociale, sera issue de cette mécanique d’imposture et de chantage subtil. Ils n’auront pas gravi les échelons par dévouement honnête, mais bien par tricherie et manipulation.

                N’ayant aucune conscience émotionnelle, la vie spirituelle n’a pour eux aucune signification. Bien que certains utiliseront pleinement la naïveté des autres pour devenir des gourous et autres types de charlatans. Ce n’est que l’aspect matériel qu’ils percevront en toutes choses.

                Cette situation prend une inquiétante dimension lorsque nous devons admettre qu’il y a donc plus ou moins 6 % de psychopathes dans toutes les classes de la société. Ce pourcentage augmente dans des milieux d’influence et de pouvoir tels que : la médecine conventionnelle, les établissements d’enseignements, la haute direction des institutions financières et des multinationales (qui ne pensent qu’en termes de rentabilité), ainsi que – à notre grand malheur – les systèmes juridiques, les forces de l’ordre et les gouvernements.

                Ne perdons pas de vue que cette situation existe depuis des temps immémoriaux et pourrait bien être à la source de tout le concept de la lutte entre le « bien et le mal ».

Source : http://www.elishean.fr

Morphéus N°85 janvier février 2018