L’expérience de la « télépathie artificielle » n’est vraiment pas si extraordinaire. C’est aussi simple que de recevoir un appel téléphonique dans la tête car la plupart des technologies impliquées sont exactement identiques à celles des téléphones portables. Les satellites relient l’expéditeur et le récepteur. Un « multiplexeur » informatique achemine le signal vocal de l’émetteur à travers des tours hyperfréquences, vers un emplacement ou une cellule très spécifiquement définie. Le « récepteur » est localisé et suivi avec une précision extrême, à quelques centimètres près. Mais le récepteur n’est pas un téléphone portable. C’est un cerveau humain. Sortie de nulle part, une voix s’épanouit soudainement dans l’esprit de la cible. Le cerveau humain n’a pas de « pare-feu » et ne peut donc pas couper la voix. Le destinataire peut entendre les pensées verbales de l’expéditeur. L’expéditeur, à son tour, peut entendre toutes les pensées de la cible, exactement comme si les pensées verbales de la cible avaient été prononcées ou diffusées. Pour cette raison, l’expérience pourrait être appelée « entendre des voix », mais est plus correctement décrite par « télépathie artificielle ». Maintenant, si la télépathie artificielle était entièrement volontaire, comme une conversation entre amis assis de chaque côté d’une pièce, cela pourrait être plutôt agréable. On pourrait parler dans les deux sens avec son ami, échanger des pensées verbales exactement comme s’il parlait au téléphone, mais sans jamais utiliser sa voix ou sa bouche. C’est une forme de discours complètement silencieuse et sous-vocale. Entre amoureux, ce serait magnifique.

Le problème est que la télépathie artificielle fournit l’arme parfaite pour la torture mentale et le vol d’informations. Il fournit un moyen extrêmement puissant pour exploiter, harceler, contrôler et violer l’esprit de toute personne sur terre. Cela ouvre la fenêtre à la possession quasi démoniaque de l’âme d’une autre personne. Lorsqu’il est utilisé comme système d’armes « non létales », il devient un moyen idéal pour neutraliser ou discréditer un opposant politique. Les manifestants pour la paix, les journalistes gênants et les chefs de groupes d’opposition politiques peuvent être assommés dans le silence avec cette arme.

La télépathie artificielle offre également un moyen idéal pour une invasion complète de la vie privée. Si toutes les pensées peuvent être lues, alors les mots de passe, les codes PIN et les secrets personnels ne peuvent tout simplement pas être protégés. On ne peut pas être seul dans la salle de bain ou la douche. Les moments privés embarrassants ne peuvent pas être cachés, ils sont sujets à toutes sortes de commentaires et remarques blessants. Les preuves peuvent être recueillies pour faire du chantage avec une extrême facilité. Tous les torts ou manquements moraux de son passé sont à revoir.

Comme un appelant pervers, une personne hostile avec cette technologie en main peut appeler à tout moment de la journée, toute la journée. Le sommeil peut être perturbé. Les prières peuvent être profanées, les croyances religieuses moquées. Les réunions d’affaires peuvent être interrompues, les pensées déraillent. L’amour peut être pollué, perverti, tordu, abusé. Les rêves peuvent être envahis, les bons souvenirs détruits. L’attaquant ne peut être ni vu ni identifié, l’attaque ne peut être arrêtée et les dommages psychologiques sont énormes. Mais il n’y a aucun dommage physique, il ne reste pas une seule marque sur le corps et il n’y a absolument aucune preuve qu’un crime ou une violation ait jamais eu lieu !

Tout ce qui « arrive » à la victime se passe dans la tête de la victime. Quelles preuves matérielles y a-t-il à donner à la police ? Sans preuves matérielles, comment photographier la « scène du crime » ou empreinte digitale du harceleur ? Il n’y a pas d’empreintes de pas menant à la scène du crime. En effet, il n’y a pas du tout de scène physique et aucune preuve qu’une attaque ait jamais eu lieu.

La plupart des personnes qui subissent cette forme abusive de « télépathie artificielle » ont l’impression que leur esprit a été violé. Ils se retrouvent pourchassés, traqués, harcelés et maltraités par une ou plusieurs personnes qui refusent de donner leur nom, qui souillent leur esprit avec le langage le plus grossier, le plus pervers qu’on puisse imaginer et qui refusent de raccrocher ou de s’en aller. L’appelant ou les appelants se délectent de la torture perverse et sadique exercée sur leurs cibles. De plus, ils se plaisent à violer la vie privée de leurs cibles, à lire dans les pensées de la cible et à commenter tout ce que la cible pense, dans un effort pour démontrer le plus brutalement possible que la cible n’a pas du tout d’intimité. Les appelants agissent, en bref, exactement comme des violeurs ou des harceleurs pervers.

Imaginez ce qu’un homme pourrait faire s’il trouvait un « téléphone portable magique » qui lui permet de toucher les cerveaux et les pensées privées de n’importe qui sur terre. La tentation de choisir une cible au hasard et de commencer à espionner ou à abuser de cette personne serait énorme, presque irrésistible. Cela pourrait devenir un passe-temps malade et tordu, un plaisir coupable très rapidement. Mis entre les mains d’une unité de police secrète, le potentiel d’abus de cette technologie est encore plus effrayant.

La réaction naturelle d’une personne normale et intelligente qui subit pour la première fois l’horrible expérience du viol mental est de paniquer et de chercher un vrai téléphone. Ils appellent la famille, contactent leur médecin ou appellent la police avec une plainte bizarre que « quelqu’un rayonne des voix dans ma tête ». Mais si la police est à l’origine des abus, les victimes n’obtiendront pas beaucoup d’aide, n’est-ce pas ? Et si les policiers ne connaissent pas les auteurs, comment procéder à une arrestation ? C’est beaucoup plus pratique et facile de croire que la victime est folle. En peu de temps, la victime d’un viol mental se retrouve en train de subir l’humiliation supplémentaire d’être transportée au service psychiatrique « pour son propre bien ». Plus les efforts sont véhéments pour prouver que la ou les voix dans sa tête sont « réelles », plus les sourires des médecins sont satisfaits. Ils insistent doucement sur le fait que la technologie n’existe pas, que les voix ne peuvent pas être réelles. Il faut juste prendre quelques cachets et s’allonger pour un long repos.

L’expérience « d’entendre des voix » – en particulier des voix qui infligent une destabilisation psychique de la cible en continu – amènera une admission automatique dans la salle d’isolement. En effet, « entendre des voix » est un exemple classique de schizophrénie. Si vous entendez des voix, vous êtes, par définition, fou. Mais quand vous êtes libéré du service psychiatrique avec un traitement coûteux en médicaments, rien n’est réglé. Les médicaments sont inefficaces car le problème n’a rien à voir avec la chimie du cerveau. Le problème vient d’une attaque psycho-électronique de harceleurs invisibles.

Les auditeurs de voix intracraniennes déroutent souvent les psychiatres. Beaucoup de ces patients ne correspondent pas au modèle classique de la schizophrénie, qui commence généralement au début de la vingtaine. Les victimes de « télépathie artificielle » ont souvent bien la trentaine ou la quarantaine et beaucoup n’ont pas d’antécédents de maladies mentales graves ou de toxicomanie avérée. Beaucoup semblent alertes, en bonne santé et rationnels, tout en insistant sur le fait qu’ils peuvent entendre des voix. Ils sont d’accord avec les psychiatres. Oui, ils sont déprimés ! Mais qui ne le serait pas dans de telles circonstances ? Être harcelé et agressé verbalement à chaque instant du jour et de la nuit est une torture mentale insoutenable. Le fait de ne disposer d’aucune aide ni de moyens pour se défendre est dévastateur pour la victime et son entourage.

Témoignage d’une victime anonyme de télépathie synthétique

Morphéus n°106 juillet août 2021