La dernière avancée en matière de contrôle électronique de l’esprit est un émetteur de faisceaux micro-ondes stimulés appelé MASER (Gyrotron Resonance Masers). C’est l’équivalent d’un laser à faisceaux hyperfréquences.

                MASER est l’acronyme de Microwave Amplification by Stimulation Emission of Radiation.  Ces faisceaux MASER ont été utilisés pour développer ce qu’on appelle la télépathie synthétique. C’est la capacité de lire à distance les pensées des gens par balayage électronique du cerveau des victimes en surveillant les émissions électromagnétiques (EM) du cerveau des gens et en utilisant, entre autres, les ondes cérébrales mesurées sur un électroencéphalogramme (EEG), pour lire les pensées sous-vocalisées de la victime (cartographie cérébrale).

                Dans la télépathie synthétique des années 50, les faibles signaux cérébraux EM, associés à la pensée sous-vocalisée, étaient connectés à un ordinateur par l’utilisation d’électrodes. Actuellement, les faisceaux MASER orbitaux remplacent les électrodes. Les systèmes informatiques sophistiqués ont appris à lire les pensées sous-vocalisées dans le cerveau, en associant un potentiel d’excitation cérébrale spécifique à un mot particulier. Dans ce cas, une seule langue spécifique peut être décodée, car chaque mot d’une langue a un ensemble spécifique de fréquences qui doivent être analysées. Une fois que le travail de recherche des fréquences spécifiques pour tous les mots d’une langue a été programmé dans un super ordinateur, un logiciel établit la correspondance entre les signaux cérébraux électromagnétiques et le langage rendant ainsi audible la pensée sous-vocalisée de la victime.

                La télépathie synthétique détecte les émissions cérébrales du cortex auditif de 15Hz, 5 milliwatt, qui sont liées aux potentiels d’excitation dans le cerveau associés à la pensée sous-vocalisée. Une nouvelle technologie, impliquant des micro-ondes et des radio fréquences, a permis de construire des dispositifs capables de scanner à travers les murs et de regarder à l’intérieur du corps des individus ciblés, comme avec des rayons X. Cela permet aux harceleurs gouvernementaux d’observer et traquer la cible dans sa propre maison. De plus, le fait de voir dans la tête de la victime autorise le ciblage contrôlé par ordinateur des centres cérébraux spécifiques de la victime. Une analyse des émissions cérébrales spécifiques est effectuée lorsque la victime pense. Le MASER à fréquence pulsée tire sur les centres cérébraux de la victime pour la scanner. Un réseau de MASER modulés par impulsions ELF (Extremly Low Frequencies), balait le spectre des fréquences émises par la pensée sous-vocalisée. Les effets d’interférence peuvent être mesurés par le faisceau MASER. Les émissions cérébrales ELF de la victime interagiront de manière constructive ou destructive avec la fréquence d’impulsion MASER porteuse d’ondes ELF.

                Ces nouvelles technologies permettent de lire les pensées de la victime, de les stocker en mémoire sur des supercalculateurs et d’insérer des pensées et/ou émotions étrangères à la victime. À l’aide d’audiogrammes ELF portés par un seul MASER à modulation d’impulsions, des pensées sous-vocalisées peuvent être placées dans le cerveau de la victime. Cela permet aux opérateurs de télépathie synthétique d’avoir la possibilité d’interférer dans les conversations de la victime.

                Les potentiels d’excitation du cortex visuel peuvent également être manipulés (channeling et voyance synthétique) dans le cerveau de la victime, afin de projeter des images illusoires dans son cerveau pour la rendre folle, la programmer à son insu ou la forcer au suicide.

Geeldon sur azstarnet.com

Morphéus n°106 juillet août 2021