,

Journée nationale anti-Linky en France le 5 mai 2018

Nous avions dénoncé dans Morphéus les problèmes des compteurs communicants au Quebec et au Canada avant que cette technologie ne débarque en Europe. Le transfert du Linky chez nous a généré gabegies, incendies et surtout victimes dont plusieurs morts. Les pays européens, les USA et le Canada prennent donc progressivement des dispositions pour limiter la casse. En Allemagne, l’installation n’est plus obligatoire. Au Pays-Bas, l’installation ne se fait que sur demande. Les Espagnols et les Anglais manifestent contre la surfacturation depuis l’installation de ces nouveaux compteurs. Le Canada fait machine arrière, plus de 36000 compteurs Linky ont été démontés. Aux USA, dans certaines régions, les habitants peuvent se faire désinstaller le Linky. L’Autriche refuse l’installation d’une telle technologie. Plusieurs régions belges refusent l’installation de ces compteurs, etc…

 

Communiqué du 27 mars 2018 de Stéphane Lhomme

Une journée nationale d’actions contre les compteurs communicants (Linky, gazpar, etc) aura lieu le samedi 5 mai 2018. Dans toute la France, des initiatives auront lieu pour le refus des compteurs communicants : chaînes humaines, rassemblements devant les préfectures, devant les agences Enedis, etc

Le nombre de communes (plus de 550 à ce jour) et de particuliers qui refusent les compteurs communicants est en augmentation continuelle malgré les pressions et menaces opérées respectivement par les Préfets et par Enedis, mais aussi malgré la campagne de dénigrement qui tente de faire passer pour des « complotistes », des rétrogrades ou des ignorants les innombrables citoyens qui refusent ces compteurs.

Or le rejet de ces compteurs, abusivement présentés comme « intelligents », est au contraire parfaitement rationnel et étayé, et malheureusement conforté par une actualité parfois dramatique :

Mise en danger des citoyens par les incendies de compteurs Linky

Les incendies de compteurs Linky se multiplient et ont assurément déjà causés plusieurs morts malgré les dénégations d’Enedis, et il est inévitable que d’autres drames se produisent. Au bout de combien de morts les autorités françaises réagiront-elles ?

 

Données personnelles : grave mise en cause des libertés par les Linky et compagnie

Non seulement il est avéré que le Linky est « l’indic idéal », véritable Big Brother installé à domicile, mais l’actualité (affaire Facebook) montre bien, si cela était encore nécessaire, que les belles assurances avancées par Enedis, Grdf et la CNIL concernant nos données personnelles ne valent rien. Le programme Linky est avant tout, voire uniquement, un programme de Big data comme le reconnait le propre président d’Enedis.

 

Mensonges et exactions des installateurs à l’encontre de la population

Les sociétés privées mandatées par Enedis pour tenter d’imposer par tous les moyens à la population les compteurs communicants s’autorisent des comportements totalement inadmissibles : exactions, menaces, intimidations et mensonges, comme : « Si vous refusez le Linky, on va vous couper l’électricité », « vous allez être poursuivi en justice », « vous devrez payer le compteur », « vous devrez payer une somme mensuelle » : il s’agit de mensonges car, à ce jour, il n’existe aucune mesure de rétorsion légale à l’encontre des gens qui gardent leur compteur ordinaire.

 

Surfacturations et obligation de prendre un abonnement plus cher

Alors que la communication pro-Linky fait miroiter à la population de prétendues économies d’énergie qui seraient à la fois vertueuses pour l’environnement et pour le pouvoir d’achat, c’est en réalité le contraire qui se produit : de nombreux habitants dotés d’un Linky voient leurs factures démultipliées et beaucoup d’autres, dont les installations disjonctent continuellement, sont obligés de prendre un abonnement plus cher.

Dysfonctionnements et dégâts divers

Outre les incendies déjà évoqués, les compteurs communicants causent le dysfonctionnement de nombreux appareils qui sont parfois détruits ou dont le contenu (congélateurs) est bon à jeter, et ce sont les usagers victimes qui paient la note !

 

Ondes électromagnétiques : le pire est à venir avec l’ERL

L’ANSES vient enfin de reconnaître la réalité des souffrances des personnes EHS (électro hyper sensibles), tout en avouant son incapacité à les expliquer. La moindre des choses, au moins dans l’attente de progrès dans les études, est de ne pas augmenter l’exposition aux ondes électromagnétiques.

Or, non seulement le fonctionnement du Linky en CPL (courant porteur en ligne) est controversé, mais le pire est prévu avec l’installation dans le Linky d’un émetteur Wi-Fi (plus exactement zigbee, un protocole équivalent au wi-fi), l’ERL (émetteur radio Linky), qui va inonder d’ondes électromagnétiques le logement de l’usager.

 

Attention aux revendications « d’amélioration » du programme Linky

Par naïveté ou au contraire pour tenter de diviser ou déconsidérer le mouvement d’opposition aux compteurs communicants, certaines voix s’élèvent pour demander l’ « amélioration » du programme Linky par un meilleur accès des usagers aux données sur leur consommation. Or, il faut savoir que :

– ce n’est pas en consultant de jolies courbes de consommation que l’on fait des économies mais par des actions efficaces en termes de comportement ou de travaux ;

– la prétendue « amélioration » dont il est question est la mise en service chez l’usager d’un « écran déporté » qui permettrait de consulter l’évolution de la consommation. Or c’est précisément avec l’ERL que ce système peut être mis en service ;

– de fait, qu’il s’agisse de certains parlementaires, du prétendu « médiateur de l’énergie », ou par exemple de la direction de l’UFC-QueChoisir (cf ci-dessous), les demandes d’ « amélioration » du Linky sont en réalité, sans jamais le dire, des demandes d’installation des ERL et donc d’exposition massive de la population aux ondes électromagnétiques !

 

Trahison des usagers par la direction de l’UFC-QueChoisir

Il a été montré que la direction de l’organisation UFC-QueChoisir, qui ne conteste que le mode de financement du programme Linky, est en réalité en affaire avec l’industriel Enedis et qu’elle trahit les usagers en leur faisant croire qu’ils ne peuvent refuser le compteur Linky.

Qui plus est, comme expliqué ci-dessus, la direction de l’organisation UFC-QueChoisir demande la mise en service des ERL… tout en prétendant que le Linky ne pose aucun problème d’ondes électromagnétiques : quel cynisme !

 

Conclusion :

Considérant que les « vertus » annoncées des compteurs communicants sont en réalité inexistantes, alors qu’au contraire les problèmes générés sont hélas bien réels, nombreux et parfois dramatiques, la seule solution de bon sens est de stopper immédiatement les programmes Linky et Gazpar et de réhabiliter les compteurs ordinaires qui ont rendu de fiers services depuis des décennies. C’est cette revendication qui sera portée le samedi 5 mai 2018 partout en France.

 

publié dans Morphéus n°87 mai / juin 2018