,

L’origine Guanche de la Bible… Il y a 17000 ans

Les Guanches furent cette peuplade découverte aux Canaries au 15ème siècle, isolés du monde depuis des millénaires. Ils affirmaient être venus d’une grande île de l’Ouest. Echoués sur les Canaries après avoir fui un cataclysme qui détruisit leur île d’origine, ils subsistèrent en gardant un mode matriarcal très proche des mœurs égyptiennes ancestrales. Ces hommes grands d’environ 1,90 mètre, blonds aux yeux clairs, impressionnèrent les Espagnols. Environ 500 vocables guanches nous sont parvenus. C’est insuffisant pour reconstituer la langue guanche dans son intégralité, cependant c’est suffisant pour comparer ces vocables avec le vieil islandais, le basque et l’étrusque. Ces langues sont des langues sœurs, ce qui permet de passer de l’une à l’autre assez facilement pour déchiffrer certains vocables. Il semble que les linguistes et philologues ont totalement ignoré cette approche non académique mais en phase avec l’esprit linguistique des Anciens.

UNE BIBLE ATLANTE

Selon Maurice Guignard, la Bible fut initialement rédigée par des prêtresses guanches, donc atlantes, en 15000 avant J-C. Elle fut dénommée Sith-lôg-bôk = livre des lois de la religion. Les latins l’appelaient livres sibyllins, c’est-à-dire « Temple des incantations magiques ».

Par la suite, cette Bible originelle, intégra l’histoire des migrations guanches et des cataclysmes cosmiques. Elle comportait, les croyances religieuses, le rite et la liturgie, le code matriarcal ainsi que des connaissances scientifiques très étendues chimie, médecine, électricité, astronomie, mathématiques, calcul intégral et différentiel.

Les Navigateurs guanches (atlantes) emportèrent cette Bible dans leurs migrations vers le Japon, le Pérou, le Mexique, l’Asie mineure et l’Egypte. Cela explique les prodigieuses connaissances des Egyptiens. Les prêtres d’Isis en conservèrent de précieuses reliques dans les labyrinthes de leurs temples.

« Des prêtres juifs qui avaient eu accès à ces connaissances demandèrent l’autorisation de traduire la Bible en hébreu. Mais les méfiants prêtres d’Isis redoutaient la divulgation de leur savoir scientifique, fondement de leur puissance. Ils préparèrent une édition expurgée des chapitres relatifs à l’Atlantide, à leurs migrations maritimes et à leurs connaissances scientifiques. Ce fait est perceptible dans la Bible hébraïque où Dieu reçoit le titre de chef des armées ou « ZEBAOTH ». Ce terme guanche SAE-BÀT signifie navire de haute mer. »

Cependant cette Bible expurgée par les prêtres d’Isis, donnait encore à la femme une prééminence sociale et religieuse. Ce matriarcat choquait la mentalité orientale. Les traducteurs hébreux retranchèrent donc de cette version égyptienne le code Matriarcal, les cérémonies du baptême et du mariage. Ils dénaturèrent ainsi l’esprit religieux de la version isiaque.

La Bible subira ensuite de multiples modifications dans le but de justifier auprès des croyants le comportement des rois israélites qui entretenaient de vastes harems. Des textes, inventés de toutes pièces, furent insérés dans cette nouvelle version pour convaincre les croyants que Dieu avait autrefois autorisé les patriarches à pratiquer la bigamie.

Cette Bible recodifiée révèle cependant que ses auteurs avaient perdu la connaissance du guanche. Ils ignoraient l’origine guanche de la Bible.

Les docteurs hébreux ont extrait des phrases et des vocables guanches de la Bible sans en comprendre le sens. Ils les ont transposés tels quels dans la Bible hébraïque. Maurice Guignard démontre ce fait par quelques exemples édifiants.

SENTENCE GUANCHE DE L’ECCLESIASTE

Les docteurs juifs nous ont transmis dans l’Ecclésiaste une courte phrase guanche qu’ils ont confondue avec le nom de l’auteur. La transcription juive KOHELET reproduit exactement la phonétique d’une phrase guanche :
KO-HEL-ET
GA-HEILL-IT fais attention ou prend soin du présage. (GA= faire attention, Heill = présage, IT = article defini neutre)
Un écolier islandais en saisirait encore la signification aujourd’hui car phonétiquement le guanche est très proche de l’islandais.

CITATION GUANCHE DANS LE LIVRE DE DANIEL

La seconde citation guanche de la Bible hébraïque est la célèbre phrase mystérieuse contenue dans le livre de Daniel. Durant une nuit de débauches, le roi Balthazar voit une main mystérieuse qui trace en caractères de flamme sur le mur de la salle des banquets les mots suivants :

MENE MENE PERES TEKEL UPHARSIN
Un écolier islandais pourrait encore en interpréter la phonétique :
MAN MAN BER REIZLU TIGLA OF-FJÂR, SEN Souviens-toi, Souviens-toi, Indique le poids, rembourse les richesses, c’est la sentence.
Cette phrase sommait Balthazar de restituer toutes ses richesses, fruits de ses pillages.

Adam-et-Eve

PAS DE PECHE ORIGINEL DANS LA BIBLE GUANCHE

Dans la Bible guanche, la déesse Thurma apporta les sciences révélées à la première prêtresse guanche. Cette révélation s’effectua sous un arbre d’une espèce inconnue et aujourd’hui disparue. En raison de sa très longue longévité, les guanches nommèrent cet arbre « Kjarr-ae » : arbre éternel. Les conquérants espagnols transcrivirent son nom en « Garoe ». Les Guanches racontaient que Thurma l’avait apporté du ciel et elle-même planté aux Canaries…

Cette révélation fut consignée dans un chapitre de la Bible guanche intitulé « Att-Ammu-aevi » signifiant biographie de l’Amma ou prêtresse ancestrale.

Les docteurs juifs ne maîtrisant pas le guanche, fractionnèrent le titre du chapitre en Att-Amm et Aevi, créant ainsi deux personnages mythiques : Adam et Eve. Le Kjarr-ae fut appelé l’arbre de la Science du Bien et du Mal. Ainsi fut créé le mythe d’Adam et Eve associé au péché originel. Péché bien pratique pour une caste sacerdotale prétendument rédemptrice et seule habilitée à absoudre tout péché…

BABEL : DETRUIRE CE QU’ON NE COMPREND PAS

Les réformateurs religieux de l’Ancien Testament ne pouvaient pas comprendre et assimiler le haut niveau de savoir scientifique des textes sacrés d’origine guanche. Pour masquer leur ignorance, ils affirmèrent que les livres traitant de sciences étaient démoniaques. Ainsi, ils pillèrent les archives des Temples esséniens pour les livrer aux flammes. En esséniens Babel (Bû Baela) signifie incendie du Temple…
Pour tenter de cacher leur crime, ils imputèrent à Dieu cette destruction du savoir scientifique. Ils travestirent cet autodafé en mythe de la confusion des langues, le mythe de Babel…

babel

VOCABLE ‘EL’ DANS LA BIBLE HEBRAÏQUE

Après l’abolition du culte des vierges les réformateurs religieux ont assigné au terme El un sens exclusif, celui de Dieu. A l’origine le vocable El, Elja signifiait vierge puissante.

Tous les personnages bibliques dont les noms sont affublés du radical El représentent d’anciennes prêtresses masculinisées en juges, prêtres ou prophètes pour les besoins de la réforme religieuse. Ce changement de sexe ressort des généalogies qui leur sont attribuées et qui portent la marque matriarcale.

Par exemple Samuel, à comparer avec Samnite, est une prophétesse qui symbolise l’Amma ou prêtresse ancestrale.

La généalogie de Samuel est aussi de type matriarcal. Sa prétendue mère Hanna est en réalité sa Nanna ou prêtresse. Son père El-Kona (épouse de la vierge) est en fait sa mère. Peninna, la seconde épouse de son père, symbolise la grande-prêtresse Boen-ina, ect… Telle fut la recodification patriarcale de la Bible après la chute du culte isiaque et la perte des connaissances multimillénaires de l’ancienne tradition.

CONCLUSION

Au vu de tous ces éléments, il apparaît clairement que la Bible que nous connaissons a été mutilée et recodifiée pour les besoins d’une réforme visant à détruire les codes matriarcaux ancestraux.
Il subsiste cependant suffisamment d’indices nous permettant d’affirmer que l’authentique texte « révélé » biblique est un gigantesque corpus qui essaima sur la Terre entière à une époque protohistorique, il y environ 17000 ans. On doit à la diffusion mondiale de ce corpus la rédaction d’une Bible urthusk en Asie Mineure vers le 6ème millénaire avant J.C. Plus proches de nous les Vedas ont préservé le rituel des sacrifices offerts à la Divinité via l’offrande du SOMA qui en urthusk signifie la vierge du sacrifice. Les écrits urthusks sont issus d’un alphabet runique très ancien. Or les runes furent toujours associées au Yoga runique qui fut certainement pratiqué aussi bien en Gaule qu’en Asie.

Un gigantesque travail reste à faire pour recomposer le puzzle des différentes spiritualités terrestres. Cependant, nous pouvons affirmer que toutes les religions ont un fondement commun protohistorique, ce dernier n’est autre que le corpus de la Bible guanche des origines.

Frédéric Morin

Source : « Comment j’ai déchiffré la langue étrusque » de M. E. Guignard pp 78-80, 110, 114, 147, 183-187, 191… En vente sur phosphenia.com prix 35,00 € franco de port

Morphéus n°79 janvier février 2017