,

Morphéus a besoin de vous, internautes  !


Nous compilons et analysons l’information depuis 15 ans avec nombre de dossiers totalement inédits en diffusant un journal papier. Nous offrons beaucoup d’informations pour tout visiteur intéressé par nos articles.

Cependant, l’information gratuite n’existe pas, elle a un coût en temps, en recherche et en énergie. Si chacun de nos visiteurs faisait un don ne serait-ce que de 1 €, nous aurions les moyens de faire une puissante diffusion nationale. Si chaque visiteur n’achetait ne serait-ce qu’un journal tous les 2 mois, soit un investissement de 1,99 € par mois, nous pourrions appuyer une diffusion européenne. Morphéus appartient à ses lecteurs papier ou web, aucun groupe occulte, lobby, syndicat, ou structure étatique quelconque ne soutient le journal. C’est plutôt le contraire !

En soutenant symboliquement Morphéus, vous soutenez des recherches et des travaux inédits jamais publiés en France et en Europe ! Soutenez la presse et la recherche libres !

L’équipe Morphéus

 

« On entend partout les gens se plaindre que le monde va mal. Et voilà : ils se plaignent, ils ne savent que se plaindre, et ils attendent que ce soient les autres qui se mettent au travail pour améliorer les conditions. Pourquoi ne commencent-ils pas eux-mêmes ? Non, ils attendent, et les autres font comme eux, ils attendent aussi… ce qui peut durer éternellement.

                « Vous direz que devant l’immensité de la tâche à accomplir, on se sent découragé. Eh non, au contraire, il faut garder courage, c’est cela qui est méritoire. Dans de bonnes conditions, il est trop facile de croire au bien et de se mettre au travail : tout est simple, agréable. C’est dans les difficultés qu’il est beau de s’engager et de persévérer sans se laisser influencer par les conditions. Il faut apprendre à compter sur les puissances de l’esprit. C’est là qu’on voit le véritable spiritualiste : malgré les mauvaises conditions, malgré les tempêtes, il s’efforce de mettre sa volonté au service du bien et de la lumière. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov